Formation AVS, avant dernière journée

Publié le par marie

Journée de formation du 2 février

Je suis arrivée en retard le matin donc je n'ai pas le début de la première intervention.

Cette intervention portait sur les troubles du comportement et de la conduite. Les intervenants travaillent dans un Sessad et dans un ITEP (Institut thérapeutique, Educatif et Pédagogique).
La "logique" pour l'ITEP : les enfants/ados y vont un moment (1 à 3 ans dans l'odéal) dans leur scolarité pour se reconstruire puis ils retournent en milieu "normal" par le biais de l'inclusion (exemple : 4ème SEGPA).

Quelques conseils ont été donnés :
-il y a des points "dimpossible" pour ces élèves donc ne pas croire qu'ils font des caprices à longueur de journée
-en cas de crise, il vaut mieux isoler l'élève puis lui permettre d'avoir un temps de "reprise". ça ne sert à rien de lui parler pendant la crise car il n'"entend" pas.
-il vaut mieux se positionner à coté de l'élève plutôt qu'en face. Le face à face peut être vécu comme une persécution.
-la pédagogie active est souvent plus soutenable que "tu dois faire ça, ci"

La deuxième intervention était sur l'Autisme et les Troubles Envahissants du Développement (TED)
Je reprends les grandes lignes de l'exposé de l'intervenante, spécialiste de l'autisme (et également mère d'un autiste).

L'autisme est un TED global d'origine neurobiologique.
La "triade autistique" est la suivante :
-troubles d'ordre social
-troubles dans le mode de pensée
-troubles du langage et la communication (verbal ou non)
Ces troubles apparraissent en général entre 0 et 3 ans, ils sont souvent accompagnés d'un retard mental. On observe des comportements ritualisés, des mouvements stéréotypés et dans la répétition. Les autistes sont souvent réfractaires au changement.

Classification internationale
-autisme typique
-autisme atypique (ne correspond pas forcément à la triade autistique)
-syndrome Asperger
-autisme de haut niveau
-TED non spécifié

[A propos du syndrome Asperger, je vous conseille la lecture des livres de Daniel Tammet, atteint de ce syndrome : Je suis né un jour bleu, paru en 2007 et Embrasser le ciel immense : le cerveau des génies paru en 2009 et pour ceux qui lisent un peu l'anglais : http://www.optimnem.co.uk/ ]

Les autistes ne savent pas toujours se servir des signes de l'interaction sociale... on a l'impression qu'ils regardent ailleurs, n'écoutent pas, qu'ils ne sontpas en accord avec la situation. Mais attention, ce sont de vraies éponges, ils voient et entendent tout.
Environ 50% n'ont pas le langage verbal. Il y a tout un apprentissage des codes sociaux.
Pour ceux qui ont le langage, il y a souvent des troubles : écholalie (répétition de mots, de phrases...), invention de mots, changement de volume (se met à chuchoter...)
Les autistes ne font pas de jeux d'imitation, de jeux de "faire semblant". De même ils s'intéressent aux objets pour leurs détails, ils s'mausent à les aligner, les ranger.
Le balancement peut leur procurer le bien etre, l'apaisement, c'est un besoin en cas de "crise". Surtout que beaucoup d'autistes sont atteints de troubles psychologiques comme l'anxiété, la dépression (surtout pour ceux qui sont conscients de leur handicap).
Enfin, ils peuvent développer des conduites d'évitement pour se protéger, par exemple certains sons peuvent leur être intolérables.
LEs autistes ont généralement besoin d'un accompagnement tout au long de leur vie. Ils peuvent faire des progrès à tout âge, il faut donc etre optimiste. L'importance est l'apprentissage de l'autonomie.

Quelques conseils :
-si on apprend qu'on va accompagner un élève autiste, ne pas hésiter à prendre un temps d'observation. Ce n'est pas du temps de perdu. Observer comment il se comporte à l'entrée en classe, à la récréation...
-les élèves autistes ont souvent des temps de concentration court et surtout des difficultés à rentrer dans l'activité, puis à l'arrêter. (difficulté au changement)
-ils ne font pas de caprices naturellement. Il faut essayer de les féliciter et de ne pas gronder. ça ne sert à rien. Il vau tmieux rester neutre s'il ne fait pas "comme il faut".
-un outil est très important : l'emploi du temps / le calendrier. il faut essayer au maximum que l'enfant puisse anticiper, prévenir à l'avance s'il y a un changement.
-parler lentement

Pour ce qui est du débat sur les "méthodes". L'intervenante nous a donné son avis (qui n'est que le sien mais que j'aurais tendance à partager...).
Pour elle ces méthodes, comme celle de l'ABA (analyse du comportement acquis, B comme behavior) ne font pas de miracles. Effectivement il y a apprentissage mais ça s'apparrente à du conditionnement. Et il y a tout un aspect commercial qui est vraiment dérangeant.
De même, si ces méthodes, qui ne sont pas du tout "nouvelles", fonctionnaient réellement sur le long terme, ça devrait se savoir... Il y a souvent un retour du bâton après...

Cette intervention était vraiment très intéressante et trop courte à mon goût (il faut dire que je m'intéresse à l'autisme depuis plusieurs années et que donc j'aurais eu plein de questions à lui poser, ce que je n'ai pas pu faire).

L'après-midi, nous avons eu des échanges de pratiques qui sont soumis au "secret", à la confidentialité, donc je ne peux pas en dire plus.

Prochaine journée de formation, et dernière journée d'ailleurs : Jeudi 11 février.
Le matin nous faisons une viste dans un établissement ou une classe spécialisée. Pour moi c'est dans la CLIS qui se trouve dans l'école où je travaille. Dons pas besoin de chercher sur un plan pour la trouver.
L'après midi, nous devons faire un bilan de la visite et de la formation. Mais j'ai une réunion d'ESS à 15h donc je ne pourrais pas tout faire...

Publié dans Mon travail comme AVS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article